Accueil / Thèmes / Environnement et développement

Baromètre de la Faim 2013

image

Qu’il s’agisse de tempêtes, de sécheresses, comme celle du Sahel qui a affamé 18 millions de personnes en 2012, ou d’autres événements climatiques extrêmes, d’envolées des prix de  denrées alimentaires, ou de troubles civils prolongés, les crises ou les chocs continuent de frapper les populations démunies et les plus vulnérables, dans les pays du Sud mais également dans les pays du Nord. Tous ceux qui ne sont pas capables de faire face à ces situations se retrouvent, bien trop souvent, encore plus enfermés dans la pauvreté, en proie à la malnutrition et la faim.

Aider les populations pauvres et vulnérables à survivre aux chocs de courte durée ne suffit pas. Ces populations sont parmi les plus durement touchées par les chocs et les moins à même d’y faire face ; et l’exposition constante aux chocs d’origine naturelle ou humaine érode leurs chances d’améliorer leur sort. Les populations pauvres et vulnérables ont besoin d’être plus résilientes ; une partie essentielle du renforcement de la résilienceimplique d’accroître la sécurité alimentaire et nutritionnelle. L’accès à une alimentation suffisante en quantité et en qualité est un droit humain fondamental. Dès lors, la prise de mesures par les gouvernements, les ONG et les organisations internationales, visant à renforcer la résilience – et ayant une incidence positive sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle – est absolument indispensable. Les pays industrialisés, les économies émergentes et les pays en développement doivent assumer leurs responsabilités et agir ensemble pour réduire les risques et renforcer la résilience en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle au niveau des communautés, des pays, ainsi qu’à l’international.

Le monde a fait des progrès en matière de lutte contre la faim depuis le début des années 1990. Si le récent ralentissement en matière de réduction de la faim est inversé, l’Objectif du Millénaire pour le développement #1 (OMD1) de diminuer par deux la part des personnes souffrant de la faim dans le monde entre 1990 et 2015 pourrait être atteint. Mais l’heure n’est pas à l’autosatisfaction. Aujourd’hui, environ 870 millions de personnes, soit 1 personne sur 8 dans le monde, continuent de souffrir de la faim. En 2012, à l’occasion de la conférence Rio+20, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a proposé un objectif plus ambitieux : l’enjeu « Faim Zéro » pour un monde libéré de la faim de notre vivant.

Cet objectif peut être atteint si tous les acteurs publics, privés, issus de la société civile se mobilisent et prennent des engagements forts. Pour une mobilisation forte au niveau global, chaque citoyen a aussi un rôle à jouer contre la faim : des actions au quotidien peuvent aussi faire la différence.


Pour télécharger le Baromètre de la Faim 2013, cliquez ici.



Plus d'articles sur Environnement et développement

Recevez notre Newsletter. Inscrivez-vous

Suivez-nousfacebooktwitterlinkedin
© Convergences2015 - Copyright 2011